• Courts textes

    Ici se trouvent ce que j'appelle mes « courts textes », parce qu'ils dépassent rarement une page, et parce qu'ils ne racontent pas à proprement dit une histoire. Ce sont des expressions de l'âme, des souvenirs, des sensations, des pensées, racontés sur un mode poético-symbolique hasardeux. C'est un moyen de mettre des mots sur ce qui m'arrive, sur ce que je ressens.

  • La capture du temps

     

     
    En dessous de la plate-forme aérienne qui fait aux rails traverser le ciel, il y a en bas un pont qui franchit la rivière. Entre les piliers massifs, une route passe sur l'autre rive. Des herbes sont peintes sur les barrières extérieures du pont. À son point d'arrivée, un portail jaune se dresse comme un cadre devant le flanc vert de la montagne qui s'élève au loin comme un mur de béton. À droite et à gauche, des immeubles beige pâle vieillissent. La route continue au-delà du portail jaune vers le mur vert de la montagne mais on n'en voit pas la fin.

     

     

     

    Je cherche à capturer le temps
    Avec des mots
    Figer l'instant
    Comme un tableau


    Je cherche des mots, encore
    Encore
    Encore

     


    J'ai tellement cherché
    Que j'ai oublié pourquoi
    Je cherche
    Lançant des mots
    Comme si j'avançais
    Avancer
    Encore, encore, encore

     


    J'ai oublié pourquoi j'avançais
    (Encore, et encore, et encore)
    Et avancer sans savoir c'est stagner
    Illusion de progresser sans bouger

    Je cherche
    En rond
    Je tourne
    En vain

     


    Dans la quête des mots, j'échoue constamment
    Et pourtant je cherche encore les mots
    Encore
    Sans réaliser que l'instant
    Toujours
    Échappe à la capture
    Enfin

    L'instant ne peut être arrêté même par les mots.

     

     

     

    Car le temps

    Ne se fige que

    Comme la rivière

    S'écoule éternellement

    Dans notre imagination

    Échappe au contrôle du


    Temps

     

     

     

     

     jeudi 10 mai 2018,
    Geumjeong-gu


    votre commentaire
  •  

    Pour la première fois ce présent devient un passé
    Ce tournant de ma vie si important une page tournée
    Le monde autour de moi se métamorphose
    Ma vie prend une forme nouvelle
    Tout ce qui faisait ma force motrice jusque là est relégué au passé rangé dans les cartons de déménagement
    Le futur prend une apparence différente

    Que fera-t-on de moi, quand ma vie aura changé



    Autrefois j'ai traversé des plaines
    Sans savoir où elles me mèneraient
    J'ai couru vers des frontières pour faire changer mon existence
    Découvert d'autres réalités
    J'ai trouvé le chemin qui me permettrait de naviguer dans l'univers
    Mais l'univers est toujours plus large que la force de notre imagination
    Et ce chemin a pris fin sous mes pieds maintenant.

     

    Un futur nouveau s'étend devant mes yeux
    Je contemple ses détails se déployer sur le tableau de mon existence
    Lorsque je rentrerai bientôt, il deviendra mon présent
    Mes souvenirs de mon chemin relégués à la déchetterie de la mémoire
    Illustration de la réussite préfabriquée livrée en même temps
    Je deviendrai incarnation du bonheur programmé de mon époque


    Alors je me demande, à ce moment-là 

    Quand je rirai
    à qui mon esprit pensera
    Quand je me coucherai la nuit
    quelle image m'endormira
    Quand je pleurerai dans le soir
    quelle pensée me consolera



    Je me tiendrai debout dans l'appartement vide au milieu des cartons de déménagement
    Au travers de la fenêtre, je verrai dans le paysage d'autres réalités
    Plus de chemin plus de frontière plus d'horizon
    Je me tiendrai droite et immobile dans l'univers intouchable.

     


    Quand ma vie aura changé,
    Que restera-t-il de moi ?

     

    Quand ma vie aura changé, que fera-t-on de moi ?

    (du 9 avril au 14 peut-être) 


    votre commentaire
  • L'autre monde de l'autre monde

     

    Depuis le temps que je parcoure cet autre monde, j'ai fini par m'habituer
    À progresser dans son inconnue, si bien que cette inconnue
    Est devenue familière


    Les champs et les montagnes n'étaient plus si différents
    Leur réalité était devenue ma réalité
    J'étais entrée dans ce monde par sa porte et sillonnait ses inconnues


    Mais alors que j'avançais dans le jour éteint j'ai découvert
    On ignore toujours ce qu'on peut trouver quand on sillonne des extrémités
    Qu'il existait dans l'autre monde un autre monde où j'étais entrée


    À force de progresser dans les inconnues familières je n'avais pas remarqué
    Que le chemin s'était transformé alors que j'avançais
    En quelque chose qui me rappelait des souvenirs lointains


    L'autre monde de l'autre monde
    Ressemble à l'autre monde et mes souvenirs en même temps
    Comme si la conjonction des deux avait créé quelque chose séparé
     

    On ignore toujours ce qu'on peut trouver au détour d'un instant
    Si on chemine dans un monde autre que le sien, et je contemple cette immensité sans savoir
    Dois-je poursuivre mes pas, car cette question occupe mon esprit


    L'autre monde de l'autre monde est-il en réalité
    Le mien
    Ou bien
    Une réalité que j'ignore ?

     

     

    samedi 6 janvier 2018

     


    2 commentaires
  •  

     

    J'aimerais creuser dans le mur un passage
    Qui ouvrirait sur le chemin que j'ai choisi
    Il y a quelques années j'ai choisi le chemin de la conscience
    C'était un choix délibéré qui n'impliquait que moi
    Je vivais et voulais vivre ainsi
    Mais depuis que je suis arrivée dans cet endroit ce chemin n'est plus là


    Je suis dans cette pièce refermée enfermée
    Entourée de gens de phrases inutiles
    Qui sont partout cherchant à détruire
    Mon esprit attaquant de toutes parts
    Mes pensées perdues enfermées je respire
    Sans savoir si ma respiration est la mienne
    Ou celle des autres
    Cherchant à détruire le silence


    J'aime le silence
    Il me permet d'écouter ma conscience
    Et mes pensées flotter au fil
    De leur propre courant


    Je n'attends rien d'eux hormis qu'ils me laissent naviguer vers mon chemin
    Mais force est de constater que certaines personnes sont déterminées
    A ne pas vous laisser vivre votre vie selon votre choix




    J'aimerais creuser dans le mur un passage vers mon chemin
    Mais je suis coincée dans cette pièce
    Je ne sais pas si j'en sortirai
    Ils veulent changer mon esprit, alors j'imagine
    De l'autre côté du mur l'image de mon chemin
    Tandis qu'il n'existe peut-être plus dans le monde réel
    Et que seul dans ma mémoire un fragment abîmé
    Persiste

     

     

     

    jeudi 30 novembre 2017


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique